namethumb_w600px_img_event_fea8aa88-2b83-434a-befa-2d3a7472ac01 © Patrick Berger
  • Contemporaine (Danse)

Théâtre National de Chaillot (Paris)

1 Place du Trocadéro et du 11 Novembre
75016 Paris

6 jan. 2017 - 20 jan. 2017

janvier 2017 :

  • Vendredi 6 de 20:30 à 21:40
  • Samedi 7 de 20:30 à 21:40
  • Mardi 10 de 20:30 à 21:40
  • Mercredi 11 de 20:30 à 21:40
  • Jeudi 12 de 15:30 à 16:40
  • Vendredi 13 de 20:30 à 21:40
  • Samedi 14 de 20:30 à 21:40
  • Dimanche 15 de 15:30 à 16:40
  • Mardi 17 de 20:30 à 21:40
  • Mercredi 18 de 20:30 à 21:40
  • Jeudi 19 de 15:30 à 16:40
  • Vendredi 20 de 20:30 à 21:40

Un collage quasi surréaliste entre la révolution musicale du Sacre du printemps et la juxtaposition de plusieurs écritures, du flamenco à la danse contemporaine sans oublier le hip hop.

Entre José Montalvo et le public, c’est une longue histoire d’amour. Artiste permanent du Théâtre National de Chaillot, le chorégraphe enchante chaque année fidèles et nouveaux convertis avec une pièce qui lui ressemble, ni tout à fait pareille, ni tout à fait une autre. Mixité des styles, images vidéo, goût pour les montages musicaux, tels sont les ingrédients qui, depuis ses premières créations à deux mains avec Dominique Hervieu, ont fait sa renommée.

Dans ce joyeux puzzle en permanente recomposition, Y Olé ! occupe une place à part. Sans doute parce que l’artiste d’origine andalouse y évoque directement la figure de son père espagnol, à qui est dédiée sa pièce. Auprès de ce réfugié politique ayant fui la guerre civile, installé avec femme et enfants dans le Sud-Ouest de la France, le jeune Montalvo a sans nul doute appris le sens de la liberté, mais aussi celui de la fête.

Sa mémoire vive est emplie de souvenirs de concertos de castagnettes, de danses et de chansons populaires flamencas, auxquels se mêle le leg de ceux qu’il nomme ses maîtres : les peintres, architectes, écrivains et chorégraphes adeptes du mélange, de la profusion et du mouvement. Né ailleurs, grandi à cheval entre deux cultures, José Montalvo a toujours fait du métissage esthétique son arme de combat. D’où, ici, un collage quasi surréaliste entre la révolution musicale du Sacre du printemps et la juxtaposition de plusieurs écritures, du flamenco à la danse contemporaine sans oublier le hip hop. Émouvant et jubilatoire.
Isabelle Calabre

Référencement Agendas Web : www.danseaujourdhui.fr