The Goldberg Variations, BMW 988

namethumb_w600px_img_event_86176433-e8c4-407a-90de-00e0c9e1a91a © Anne Van Aerschot / Rosas
  • Contemporaine (Danse)

Opéra Comédie (Montpellier)

Place de la Comédie
34000 Montpellier

30 juin. 2020 - 2 juil. 2020

juin 2020 : Mardi 30 de à

juillet 2020 :

  • Mercredi 1 de 20:00 à 21:00
  • Jeudi 2 de 20:00 à 21:00

seule en en scène, un retour

Après avoir chorégraphié l’ensemble des Suites pour violoncelle (programmé à Montpellier Danse 2018), et plus récemment les Six concertos brandebourgeois (vu à Montpellier Danse 2019), Anne Teresa De Keersmaeker revient une fois de plus vers Bach dont, dit-elle, « le génie continue à me capturer et la perception que j’en ai s’affine au fil des ans ». On peut comprendre l’irrésistible attraction vers un compositeur qui allie si miraculeusement le sensible au formalisme, de la part d’une chorégraphe qui travaille elle aussi à partir de structures formelles strictes mais génératrices de charges émotionnelles. Cette fois, sa minutieuse exploration de la musique de Bach se poursuit avec les Variations Goldberg, BWV 988 sur lesquelles elle crée un solo interprété par elle-même en complicité avec le jeune pianiste Pavel Kolesnikov « un poète du piano, profondément sensible, au jeu méditatif et introspectif ». Il s’agit donc d’une pièce intime, à l’opposé des Six concertos brandebourgeois avec ses 16 danseurs et 23 musiciens. De plus, danser en solo (comme dans Once par exemple) est, pour De Keersmaeker, l’occasion d’expérimenter un nouveau vocabulaire et de nouvelles méthodes de création. Mais avant cela, elle dissèquera la partition pour en étudier minutieusement les différentes composantes. On peut s’attendre à ce que l’unique thème musical des Variations Goldberg, avec ses continuelles variations rythmiques ou mélodiques, trouve son équivalent chorégraphique dans une suite de répétitions et de subtils changements avant de définir une architecture et un espace transformé en champ de tensions. Clarté formelle, structure rigoureuse, approche musicale raffinée et expérience émotionnelle : voilà sans doute les quelques ingrédients caractéristiques de la chorégraphe belge qu’on peut prévoir dans ce nouvel opus. Sonia Schoonejans