Strange Fruit

namethumb_w600px_img_event_ca893da1-0e42-4ffe-90fe-4a601cd9a923 © L'Anthracite
  • Contemporaine (Danse)

CCN de Tours (Tours)

47 Rue du Sergent Leclerc
37000 Tours

27 avr. 2017

Le Jeudi 27 avril 2017 de 20:00 à 21:00.

Emmanuel Eggermont se confronte à un corpus photographique oublié par l’histoire. De cette étude chorégraphique se dégage une danse sensible et précise.

« Dans mon travail chorégraphique, je m’intéresse plus aux sensations qu’à la signification, laissant aux spectateurs une grande liberté de perception et d’interprétation ». Minimaliste, la danse d’Emmanuel Eggermont nous guide vers une expérience du sensible, une poésie propre à faire surgir mille et une images, sans jamais se figer dans une seule. Son solo, Strange Fruit (titre d’un poème d’Abel Meeropol écrit en 1937) s’inspire librement de photographies de guerre prises à Tripoli durant le conflit italo-turc (1911-1912). « Quand l’historien Pierre Schill m’a proposé de faire cette pièce qui s’inscrit dans le projet À fendre le cœur le plus dur, mêlant histoire, littérature, arts plastiques et danse, je n’ai pu m’empêcher, au regard de la violence de certaines photographies qu’il me présenta, de faire le lien périlleux avec ce poème ». Envisagé comme une étude chorégraphique sans lien absolu avec toute vérité historique, Strange Fruit est un voyage dans le temps. Pour mieux révéler les rapports entre l’intelligible et le sensible, l’art et le politique, le chorégraphe s’est mis à l’écoute de ces archives, de leur teneur temporelle tout en s’inspirant des paradoxes qui les constituent : leur nature fantôme, leur capacité à se rendre vivantes et à transmettre un pathos. De cette expérience surgit une chorégraphie de gestes fondamentaux.

« Dans un espace minimaliste, nous nous laissons envelopper par les gestes précis, le calme apparent du danseur, et la tristesse aussi de la chanson de Billie Holiday dont est tiré le titre. Puis viennent les échos, les bruits d’après, la déformation du souvenir, une violence sourde nous surprend puis éclate, nous rassure aussi. Cet effroi soudain, révélateur, nous touche au plus profond, et sans un mot sonne juste. » Erwan Tanguy, imprimerienocturne.com

Référencement Agendas Web : www.danseaujourdhui.fr