Singin’ in the rain

namethumb_w600px_img_event_cc58a0ac-1217-46ce-8b66-af43574cebf61 © Théâtre du Châtelet / Philippe Apeloig
  • Contemporaine (Danse)

Théâtre du Châtelet (Paris)

1 Place du Châtelet
75001 Paris

28 nov. 2017 - 11 jan. 2018

novembre 2017 :

  • Mardi 28 de 20:00 à 22:50
  • Mercredi 29 de 20:00 à 22:50
  • Jeudi 30 de 20:00 à 22:50

décembre 2017 :

  • Vendredi 1 de 20:00 à 22:50
  • Samedi 2 de 15:00 à 17:50
  • Dimanche 3 de 18:00 à 20:50
  • Mardi 5 de 20:00 à 22:50
  • Mercredi 6 de 20:00 à 22:50
  • Jeudi 7 de 20:00 à 22:50
  • Vendredi 8 de 20:00 à 22:50
  • Samedi 9 de 15:00 à 17:50
  • Samedi 9 de 20:00 à 22:50
  • Dimanche 10 de 18:00 à 20:50
  • Mardi 12 de 20:00 à 22:50
  • Mercredi 13 de 20:00 à 22:50
  • Vendredi 15 de 20:00 à 22:50
  • Samedi 16 de 15:00 à 17:50
  • Samedi 16 de 20:00 à 22:50
  • Dimanche 17 de 18:00 à 20:50
  • Mardi 19 de 20:00 à 22:50
  • Mercredi 20 de 20:00 à 22:50
  • Vendredi 22 de 20:00 à 22:50
  • Samedi 23 de 20:00 à 22:50
  • Samedi 23 de 15:00 à 17:50
  • Dimanche 24 de 15:00 à 17:50
  • Dimanche 24 de 20:00 à 22:50
  • Mercredi 27 de 20:00 à 22:50
  • Jeudi 28 de 20:00 à 22:50
  • Vendredi 29 de 20:00 à 22:50
  • Samedi 30 de 20:00 à 22:50
  • Dimanche 31 de 20:00 à 22:50
  • Dimanche 31 de 15:00 à 17:50

janvier 2018 :

  • Lundi 1 de 18:00 à 20:50
  • Mercredi 3 de 20:00 à 22:50
  • Jeudi 4 de 20:00 à 22:50
  • Vendredi 5 de 20:00 à 22:50
  • Samedi 6 de 20:00 à 22:50
  • Samedi 6 de 15:00 à 17:50
  • Dimanche 7 de 18:00 à 20:50
  • Mardi 9 de 20:00 à 22:50
  • Mercredi 10 de 20:00 à 22:50
  • Jeudi 11 de 20:00 à 22:50

Immanquable

/ Le spectacle se tiendra dans la NEF du GRAND PALAIS, PARIS /

Pendant sa fermeture pour travaux de rénovation, le Théâtre du Châtelet s’exporte hors les murs et voit les choses en grand avec la reprise de l’un de ses plus beaux succès, créé en mars 2015, qui s’installera dans la sublime Nef du Grand Palais à partir de novembre 2017.

A elle seule, la séquence où Gene Kelly danse sous la pluie incarne l’âge d’or de la comédie musicale hollywoodienne. La chanson, et sa mélodie immédiatement mémorisable, a été reprise et citée d’innombrables fois. D’ »Orange mécanique » aux « Simpsons », en passant par « Glee » et « La mort aux trousses », la composition de Nacio Herbert Brown et Arthur Freed a fait le tour du monde depuis sa création en 1929.

En 1952 Freed, devenu un des grands producteurs d’Hollywood, met ses chansons bout à bout pour écrire le film (un peu à la manière d’Un Américain à Paris un an plus tôt). Cette satire légère du milieu du cinéma basculant dans le parlant est une histoire « résolument optimiste du début à la fin et où le professionnalisme, la ténacité, l’amitié et l’amour viennent à bout de toutes les difficultés* ».
L’équipe artistique est emmenée par le metteur en scène Robert Carsen, qui a monté au Châtelet « Candide » de Bernstein (2006, puis joué au Japon) et « My Fair Lady » de Lerner & Loewe (2010, 2013, également donné au Mariinsky de Saint-Pétersbourg).

*Jacques Lourcelles, Dictionnaire du cinéma