Palermo Palermo

namethumb_w600px_img_event_236312dd-b0b7-4841-adda-c221e0075170 © John Ross
  • Contemporaine (Danse)

Théâtre de la Ville (Paris)

2 Place du Châtelet
75004 Paris

21 juin. 2014 - 5 juil. 2014

juin 2014 :

  • Samedi 21 de 20:30 à 23:30
  • Dimanche 22 de 17:00 à 20:00
  • Lundi 23 de 20:30 à 23:30
  • Mardi 24 de 20:30 à 23:30
  • Mercredi 25 de 20:30 à 23:30
  • Jeudi 26 de 20:30 à 23:30
  • Vendredi 27 de 20:30 à 23:30
  • Samedi 28 de 20:30 à 23:30
  • Dimanche 29 de 17:00 à 20:00
  • Lundi 30 de 20:30 à 23:30

juillet 2014 :

  • Mardi 1 de 20:30 à 23:30
  • Mercredi 2 de 20:30 à 23:30
  • Jeudi 3 de 20:30 à 23:30
  • Vendredi 4 de 20:30 à 23:30
  • Samedi 5 de 20:30 à 23:30

Palermo Palermo, pièce charnière. Le 9 novembre 1989, à Berlin, le « mur de la honte » cède sous la pression de la foule est-allemande. Quelques semaines plus tard, le 17 décembre, Pina Bausch crée Palermo Palermo à Wuppertal. Le spectacle s’ouvre sur l’effondrement d’un mur de moellons qui couvre tout le cadre de scène. La critique y voit une « image » du mur de Berlin. Pina dément : la scénographie de Peter Pabst, dit-elle, était conçue bien avant. Peu importe, au fond. Le fait est qu’au moment où une page essentielle de l’histoire européenne semble s’écrire en Allemagne, Pina Bausch est en Sicile, pour l’une de ses toutes premières créations conçues hors de Wuppertal. La chorégraphe n’est-elle pas déjà dans le pressentiment de ces énergies bigarrées qui nous viennent du sud ? Et en même temps que le mur de moellons, beaucoup de choses commencent à voler en éclats dans Palermo Palermo. Et là où on croyait connaître par cœur l’art du Tanztheater, on découvre de nouvelles pépites.
Jean-Marc Adolphe