Nouvelles pièces courtes

namethumb_w600px_img_event_71094f8d-dead-4016-91f1-867ea4c82644 © Charles Fréger
  • Contemporaine (Danse)

Les Gémeaux, scène nationale (Sceaux)

49 Avenue Georges Clemenceau
92330 Sceaux

5 avr. 2018 - 8 avr. 2018

avril 2018 :

  • Jeudi 5 de 20:45 à 22:15
  • Vendredi 6 de 20:45 à 22:15
  • Samedi 7 de 20:45 à 22:15
  • Dimanche 8 de 17:00 à 18:30

Rendez-vous avec le génie de Découflé

 » Ce spectacle est composé de plusieurs pièces courtes. Ces pièces sont reliées par le fait qu’elles sont écrites par le même auteur, interprétées par les mêmes artistes et présentées le même jour.

Beaucoup de spectacles de danse moderne qui m’ont marqué sont construits de la sorte : de Georges Balanchine à Merce Cunningham en passant par Martha Graham et Alwin Nikolaïs, les chorégraphes américains présentent presque toujours des spectacles modulables composés de pièces courtes. Je pense que ce système convient bien à la danse, où l’écriture est souvent plus poétique que narrative, et où le format doit être adapté au sujet.
Enfin, peut-être plus fondamentalement encore, l’attachement aux formats courts me vient du rock’n’roll : des morceaux brefs et efficaces gagnant en puissance ce qu’ils perdent en longueur.

Les pièces présentées dans ce premier ensemble sont :

Un Duo
Deux artistes, Raphaël Cruz et Violette Wanty, se livrent à une performance chorégraphique et acrobatique et jouent leur propre musique en live […].

Vivaldis
Il s’agit d’une série de variations chorégraphiques sur un ensemble de musiques de Vivaldi. De la danse pure, portée par la musique. […].

Le Trou, ou l’Evolution en 10 minutes
Séquence qui nous explique par l’absurde une grande partie de l’évolution l’évolution de l’homme. […].

« R »
L’un de nos rêves à tous est de pouvoir voler. […].

Pièce japonaise
Cette pièce est construite sur une idée de double point de vue. […] Ce sera l’occasion de rendre hommage à un pays et une culture qui m’intéressent beaucoup; il y sera question du Kabuki et de Tamasaburo Bando, de peinture et d’Hokusaï, du mouvement des piétons dans la ville, de tremblements de terre et de malentendus… « 

- Philippe Decouflé