namethumb_w600px_img_event_8f47819a-bafb-49fb-8375-6e7170da150f © Joeru Thiry
  • Performance (Danse)

Studio Bagouet - Agora (Montpellier)

Boulevard Louis Blanc
34000 Montpellier

6 juil. 2020 - 7 juil. 2020

juillet 2020 :

  • Lundi 6 de 18:00 à 19:00
  • Mardi 7 de 16:00 à 17:00
  • Mardi 7 de 22:00 à 23:00

une conférence chorégraphique, critique et sensible, je m’attends à une performance bouleversante

Au plus près du réel, la pratique artistique d’Arkadi Zaides mêle inséparablement expérience chorégraphique et conscience politique pour susciter une réflexion critique sur l’état du monde à travers des projets aussi originaux que stimulants. Citons par exemple le solo Archive, dans lequel le conflit israélo-palestinien est mis en scène et en perspective avec acuité.
Sa nouvelle pièce, NECROPOLIS, présentée en création à Montpellier Danse, se fonde sur une liste établie par la plateforme européenne UNITED for Intercultural Action afin de recenser les migrant(e)s mort(e)s en essayant d’atteindre l’Europe. Débutée en 1993 et régulièrement actualisée, elle dénombre déjà plus de 36 000 personnes disparues, en grande majorité non identifiées.
Suite à la découverte de cette liste macabre, Arkadi Zaides et son équipe ont effectué un long travail de recherche dans l’optique d’une traduction scénique. Imbrication très dynamique de matériaux documentaires et d’éléments chorégraphiques, NECROPOLIS délivre une palpitante enquête sensible – entre conférence et performance – qui s’attache à inscrire des événements isolés dans un contexte géopolitique global et à saisir toutes les dimensions de la situation. Peu à peu, reliant entre eux les lieux où se trouvent les corps des migrant(e)s mort(e)s, se dessine sous nos yeux un territoire fictif : Necropolis ou la cité des morts. Virtuel, il apparaît de plus en plus tangible au cours de la représentation. Conférant une présence ardente à ces fantômes qui nous hantent et leur offrant – enfin – un refuge, la pièce place les vivants aux côtés des morts ainsi que face à leurs propres responsabilités. Jérôme Provençal