Monstres, on ne danse pas pour rien

namethumb_w600px_img_event_d67af601-e361-4caa-b690-be3957fc4d82 © DeLaVallet Bidiefono
  • Contemporaine (Danse)

Hippodrome de Douai (Douai)

Place du Barlet
59500 Douai

30 jan. 2018

Le Mardi 30 janvier 2018 de 20:00 à 21:00.

Une chorégraphie endiablée, poétique et politique

Il est aujourd’hui acclamé en Europe autant que dans son Congo natal. DeLaVallet Bidiefono se souvient des épreuves surmontées pour donner naissance à sa compagnie, à Brazzaville, puis à son propre espace de création. Une histoire de construction personnelle, de résistance et d’espoir.

Chanteur ayant découvert la danse contemporaine en autodidacte, DeLaVallet Bidiefono n’a pas attendu l’aide des pouvoirs publics congolais pour bâtir sa carrière de chorégraphe. Mais son ascension n’aurait pas été possible sans l’appui d’une bande de collaborateurs fidèles. Cette pièce pour dix danseurs et quatre musiciens rend hommage à son groupe et à son parcours : sur un plateau encombré de parpaings, il réunit plus d’interprètes que dans toutes ses précédentes productions. Comme dans le tragique Au-delà, accueilli en février 2014 au TANDEM, cette création traduit l’attachement douloureux à sa terre. C’est en réaction à l’absence de développement culturel au Congo que s’est construite la compagnie Baninga, et c’est à l’écart des monstres au pouvoir que l’espace Baning’art a vu le jour. Poétique et politique, cette œuvre d’opposition prend corps dans une chorégraphie endiablée, portée par le son des guitares, des basses, des percussions et l’envie de s’élever.

Navette au départ d’Arras à 19:15

——————————–
Référencement web par DanseAujourdhui

https://www.danseaujourdhui.fr/agenda-spectacles-danse-pres-de-chez-moi/