Leila se meurt

namethumb_w600px_img_event_c547fee3-a3bb-4787-815d-12d2d779f1bf2 © Marco Piranelli
  • Contemporaine (Danse)

La ferme du Buisson (Noisiel)

Allée de la Ferme
77186 Noisiel

13 oct. 2015

Le Mardi 13 octobre 2015 de 20:45 à 22:00.

Ali Chahrour souligne par sa danse la poésie lamentée de Leïla, pleureuse

Une femme sur une chaise sur un tapis rouge. Leila est pleureuse. Le jeune chorégraphe libanais Ali Chahrour présente pour la première fois hors de son pays, cette œuvre poignante, ode chantée et dansée à l’art, au rituel et à la fraternité.

Leila chante ceux qui partent, pour ceux qui restent. Héritière d’une tradition en perdition, elle est celle qui apaise les âmes dans des cérémonies de la séparation. Sa voix rauque est une passerelle entre ici-bas et l’au-delà, l’expression d’une tristesse transcendée par l’art et la religion.

Aérien, Ali Chahrour danse autour d’elle et son corps lesté d’émotions. Elle chante, crie, ulule. Et lui souligne d’un geste la parole psalmodiée jusqu’à la transe. Dans cette lamentation poétique aux morts, héros et martyrs, portée par deux musiciens à l’oud et au tambourin, il est l’enfant de toute mère.

Le chorégraphe, remarqué à Beyrouth dès Fatmeh, sa première création en 2014, travaille avec des interprètes non-professionnels. En révélant ainsi le mouvement ancré dans l’identité arabe, l’authenticité d’une danse contemporaine détachée de tout académisme, il transgresse les codes artistiques et les interdits sociétaux qui peuvent tant figer l’homme.

Référencement Agendas Web : www.danseaujourdhui.fr