nameimg_event_ab8f06c4-b1ae-4370-8bcb-d3286da53af6
  • Ballet

Théâtre de la Ville (Paris)

2 Place du Châtelet
75004 Paris

26 déc. 2013 - 4 jan. 2014

décembre 2013 :

  • Jeudi 26 de 20:30 à 22:00
  • Samedi 28 de 20:30 à 22:00
  • Dimanche 29 de 15:00 à 17:00
  • Lundi 30 de 20:30 à 22:00
  • Mardi 31 de 15:00 à 17:00

janvier 2014 :

  • Vendredi 3 de 15:00 à 17:00
  • Samedi 4 de 20:30 à 22:00

Un « classique » sous le scalpel de Mats Ek
Il est rare que la version contemporaine d’un ballet classique, qui plus est emblématique, devienne à son tour un « classique » au sens monumental et quasi intouchable du terme. C’est le cas de la relecture, opérée en 1982 par le chorégraphe suédois Mats Ek, du ballet romantique Giselle (1841), conçu par Jules Perrot et Jean Coralli sur la musique d’Adolphe Adam. Entre les mains expertes, violemment directes de cet artiste nourri de psychanalyse et des films d’Ingmar Bergman, l’histoire tragique de la jeune paysanne tombée folle amoureuse d’un noble, déguisé en villageois et fiancé à une aristocrate, bascule dans l’horreur glacée d’une clinique psychiatrique. Superbe dans sa naïveté absolue, la Giselle de Mats Ek ne mourra pas d’une crise cardiaque au pied de sa mère comme dans le ballet original mais finira par perdre son âme sous la coupe d’une infirmière autoritaire. Écartelée, tendue, avec ses grands pliés profonds et ses coups de reins urgents, l’écriture de Mats Ek, que les danseurs du Ballet de l’Opéra de Lyon possèdent au plus fin, semble avoir été inventée pour raconter la beauté douloureuse de ce corps tiraillé et trop aimant.

Jeanne Liger pour le Théâtre de la Ville