namethumb_w600px_img_event_b5ea8233-34d3-49b4-ba3f-c9d1d832940d © Jaime Roque de la Cruz
  • Contemporaine (Danse)

Opéra Berlioz - Le Corum (Montpellier)

esplanade charles de gaulle
34000 Montpellier

27 juin. 2017

Le Mardi 27 juin 2017 de 20:00 à 21:00.

Créé en 1979, Dance est considéré comme un sommet de la post-modern dance, un courant minimaliste qui dépouille la danse de toute virtuosité au profit du langage intrinsèque du corps.

Avec trente danseurs rompus à toutes les techniques et prêts à toutes les audaces, le Ballet de l’Opéra de Lyon est le tout premier ballet contemporain de France. Sous la houlette de Yorgos Loukos depuis 1991, la compagnie s’est constituée un répertoire de premier plan, qui fait appel aux plus grands chorégraphes internationaux, qu’il s’agisse des “post-modern“ américains 
(Merce Cunningham, Trisha Brown, Lucinda Childs, Bill T. Jones…), des écrivains du mouvement (Jiří Kylián, Mats Ek, William 
Forsythe, Anne Teresa De Keersmaeker, Emanuel Gat…) ainsi que les représentants de la “jeune danse française” (de Maguy Marin à Jérôme Bel, d’Angelin Preljocaj à Alain Buffard, de Philippe Decouflé à Boris Charmatz, Rachid Ouramdane ou Christian Rizzo). Une affiche unique qui constitue une histoire de la danse en mouvement.

Dance, œuvre emblématique de Lucinda Childs, forme une sorte de géométrie variable à la luxueuse texture, claire et analytique mais réfractée, tout en éclats, qui trouble le spectateur et pervertit sa perception par allitérations d’un même mouvement. L’espace est travaillé par une multiplicité de plans, chaque moment est un instantané et marque une écriture complice avec la musique de Philip Glass, pionnier de la musique répétitive. Le Ballet de Lyon en présente une véritable re-création, puisque Lucinda Childs a souhaité à cette occasion refaire avec les danseurs du Ballet de Lyon le film tourné en 1979 par Sol LeWitt. Ce film n’est autre que la pièce de Childs, tant et si bien que le spectateur a l’impression étrange de regarder simultanément la même danse sous deux angles différents. Ce miroitement, dû à la démultiplication de l’image par fragmentation est sans doute le coup de génie qui consacre Dance comme un chef-d’œuvre absolu. Marches, petites foulées, galops légers : le mouvement continu se fait et se défait sans cesse en trajectoires cristallines, révélant, au fur et à mesure qu’il se construit, une myriade de permutations au sein d’un leitmotiv au rythme infernal. Cette chorégraphie inaltérable demande le même investissement de chaque instant, ne supporte pas la moindre imprécision, tant elle est réglée au millième de seconde. Il faut des interprètes hors pair pour mémoriser sans faille les subtilités de cette partition d’une exigence folle, ce que sont, sans conteste, les danseurs du Ballet de l’Opéra de Lyon.
Agnès Izrine

Référencement Agendas Web : www.danseaujourdhui.fr