Mourad Merzouki – Boxe Boxe Brasil

Mourad Merzouki – Boxe Boxe Brasil
  • merzouki boxe

22.00€ 11.00€

Recommandation DanseAujourdhui

mercredi 15 novembre, 21H

MAC Créteil

Produit épuisé

Partager

Avis

Recommandation DanseAujourdhui

Depuis plus de 10 ans, Mourad Merzouki, chorégraphe Hip Hop, collabore avec ces danseurs du Brésil. Notamment la saison passée, ils étaient sur la scène de La Villette avec le spectacle Agwa, qui a rencontré un grand succès auprès de tous les spectateurs présents. Boxe Boxe a été présenté au Théâtre du Rond-Point au printemps 2017. Ceux des adhérents qui s’y sont rendus étaient prêts à le revoir une seconde fois tant ils ont aimé.

Boxe Boxe Brasil est une version revisitée de Boxe Boxe par les danseurs brésiliens.

Synopsis de la MAC Créteil

En 2010 Mourad Merzouki invitait le quatuor à cordes Debussy à partager la scène avec des danseurs hip-hop, « Boxe Boxe » a été joué devant près de 130 000 spectateurs. Le chorégraphe remet les gants pour repenser l’écriture de cette pièce et associe les interprètes cariocas qu’il a révélés dans « Agwa » il y a près de dix ans, pour créer un « Boxe Boxe » aux couleurs du Brésil, dans une version inédite et détonante. Un projet emblématique de la signature Käfig, par le croisement des univers artistiques et l’ouverture sur le monde.

« Dans la vie du chorégraphe Mourad Merzouki, il est beaucoup question de fidélité, de transmission et de frontières abolies. Avec Käfig, il célèbre vingt années de ces rencontres improbables et fertiles auxquelles sont notamment associés le Quatuor Debussy et de jeunes danseurs brésiliens. […] Ils montent à leur tour sur le ring pour une recréation de Boxe Boxe. Avec leur énergie, la pièce change de couleur à tel point que 80% du répertoire des musiciens a lui aussi retrouvé les Amériques : Debussy, Verdi et Schubert ont laissé place à Piazzola, Dvorak et Villa-Lobos. […] Boxe Boxe prend un sérieux coup de soleil ! » Le Progrès, janvier 2017

Mourad Merzouki : « J’ai rencontré ces jeunes interprètes brésiliens lors de la Biennale de la Danse de Lyon en 2006. Leur manière de s’exprimer m’avait à la fois marquée et séduite. Danser est leur façon d’exister, de sortir des difficultés du quotidien. Leur parcours m’avait touché car j’y retrouvais l’écho de mon propre cheminement, lorsqu’adolescent j’ai pris conscience que la danse était la clé pour trouver ma place dans la société. L’envie de créer pour eux s’est vite imposée. De là est né Agwa en 2008. Depuis, une aventure artistique et humaine s’écrit : tant d’années à parcourir le monde et à partager la danse avec une énergie inconditionnelle. Je souhaite aujourd’hui lancer un nouveau défi, les emmener plus loin dans leur exploration du mouvement et du métissage des genres. C’est aussi pour moi un challenge chorégraphique que d’allier la gestuelle des danseurs brésiliens à la pièce Boxe Boxe (création 2010), écrite pour d’autres corps et d’adapter leur danse à une nouvelle partition musicale, repensée avec la complicité du Quatuor Debussy. Revisiter une création est un exercice passionnant : résister au côté éphémère, prouver que la danse est un art bien vivant qui s’adapte aux corps comme aux énergies permet de prolonger le plaisir d’un spectacle. C’est un cadeau motivant et je suis heureux de le présenter avec ces fidèles compagnons de route. Dans la continuité du projet artistique que je porte depuis 20 ans, cette re-création s’inscrit dans une dynamique d’ouverture sur le monde, démontrant une nouvelle fois la force de la danse à dépasser les frontières. »