Alban Richard – ET MON COEUR A VU À FOISON

Alban Richard – ET MON COEUR A VU À FOISON

8.00€33.00€

Une soirée chorégraphique, musicale et théâtrale

Théâtre National de Chaillot

du 5 au 7 mars 2013

Réinitialisation de la sélection
Partager

Avis

Non-abonnés, vous pouvez bénéficier de notre service de réservation pour un montant forfaitaire en cliquant ici.

La recommandation spéciale de DanseAujourdhui par Catherine Zavodska

La dernière création d’Alban Richard, chorégraphe en résidence au Théâtre national de Chaillot, vient solliciter par un foisonnement d’images fortes notre imaginaire de spectateur.

L’intelligence et la sensibilité d’Alban Richard servent toutes deux en harmonie un «théâtre qui se doit de rester un lieu extraordinaire » (entretien avec Alban Richard, 30 janvier 2014).

L’imaginaire du spectacteur

Alban Richard crée des œuvres à tiroirs. Le premier degré lui fait horreur.  Pour lui, le spectateur est un être aussi intelligent que sensible. Le théâtre est le lieu extraordinaire où il peut justement enrichir son imaginaire. Pour cela, Alban Richard aime proposer au spectateur différents niveaux de lecture de ses pièces pour cheminer en toute liberté au gré de ses émotions, de sa sensibilité propre et des images et de la culture, qui l’habitent.

« Et mon cœur a vu à foison » s’abreuve à plusieurs sources :

  • à une iconographie très riche du Moyen-Âge à nos jours aux corps mouvementés : épileptiques, saints en extase, hystériques…
  • à des textes à la forte charge poétique, « chantés » par les danseurs (« McBeth » de Shakespeare, « Le miroir des Âmes simples et anéanties » de Marguerite Porete),
  • à la musique actuelle de Robin Leduc (composée pour la pièce et jouée sur scène).

J’ai eu la chance d’assister à une séance d’essayage. Les costumes sont remarquables : ils font partie intégrante de la création. Créés spécialement par l’atelier couture de Chaillot, ils sont habités de l’esprit de la pièce. Ils sont, à l’image des scènes, le fil entre notre passé et notre imaginaire présent. Alban Richard nous fait voyager à travers le temps pour nous faire sentir bien vivant.

Alban Richard se sert de l’histoire de l’art et de celle du théâtre pour délimiter un cadre auquel les danseurs tout comme les spectateurs pourront se raccrocher. Les références culturelles sont des tremplins vers le ciel. Il n’est pas question ici d’exclure par une culture savante mais au contraire de pouvoir enrichir sa perception et sa sensibilité, au contact de l’art. En cela, Alban Richard est bien à sa place dans le théâtre populaire fondé par Jean Vilar, en résidence à Chaillot.

La danse sacrée

Alban Richard arrive à la danse grâce à une amie persévérante, qui réussit à l’entraîner à un stage de danse. Il se sent immédiatement chorégraphe. Il n’a pas 30 ans qu’il crée sa compagnie, l’Abrupt, et monte ses propres pièces. Cette année, il est en résidence à Chaillot et au Prisme à Saint-Quentin-en-Yvelines.

Après l’avoir vu au travail avec ses danseurs en studio, je l’ai interrogé sur l’ambiance sereine qui régnait cet après-midi là, alors que la danse débordait d’énergies. Alban Richard a souri doucement et s’est expliqué sur ce qu’il appelle la « danse d’action ». Pour lui, le danseur est un messager entre le ciel et la terre. Il n’est pas un interprète en représentation, exécutant parfaitement une partition écrite, mais un médiateur. En ce sens, la danse est un art sacré. Le sujet du chamanisme, qui habite aussi « Et mon cœur a vu à foison », fait écho à ce qu’Alban Richard recherche à faire incarner par ses danseurs. À voir les danseurs en répétition, j’ai ressenti une sensibilité à fleur de peau et une grande harmonie des corps.

Nous vous proposons de découvrir Alban Richard et son univers au travers de rencontres, en marge du spectacle « Et mon coeur a vu à foison », organisées par le Théâtre de Chaillot :

Spectacle le jeudi 6 mars à 20h30 à Chaillot

Rencontre avec Alban Richard après la représentation

Visite du Louvre avec Alban Richard pour présenter ses sources d’inspiration le samedi 8 mars à 11h

Pour les danseurs : Masterclasse du 31 mars au 4 avril à l’Atelier de Paris

Pour la recevoir nos recommandations de spectacle par email, inscrivez-vous à la Newsletter.

Présentation par le Théâtre national de Chaillot

Une soirée chorégraphique, musicale et théâtrale. Une histoire de l’art de la laideur en cortège ; des corps pris de frénésie, de transe, des corps voulant s’absenter, se mettre hors société, des corps désastreux, dévastés qui se montrent dans leur stupidité, dans leur faiblesse, des corps outragés qui se répandent dans leur insolente présence, des corps exténués, déchus, humiliés qui trouvent étrangement des inventions corporelles inouïes.

Voir un autre spectacle d’Alban Richard