Teshigawara – Lost in dance

Teshigawara – Lost in dance
  • Saburo-teshigawara©laurent-paillier-danseaujourdhui

25.00€ 21.25€

JAPON

jeudi 14 mai 2020, 20h30

Cité de la musique – salle des concerts

fauteuils au parterre

18 en stock

Partager

Avis

Pour moi, la danse facilite l’écoute musicale.

Teshigawara fera corps avec Schönberg à la Philharmonie

Il dansera avec la merveilleuse Rihoko Sato et sera accompagné par les solistes de l’Ensemble Intercontemporain, avec lequel il avait déjà collaboré pour Flexible Silence à Chaillot. Leur danse aérienne est toujours connectée intimement à la partition musicale. Voir danser Saburo et Rihoko avec des musiciens live est une belle occasion de découvrir la virtuosité et la finesse de leur gestuelle si particulière. Je suis fan.

Portrait de Saburo Teshigawara par DanseAujourdhui

Lorsque Teshigawara parle, ses mains dansent mimant ses mots.

Enfant, il imitait le mouvement des insectes, des animaux, des nuages ou des gens… Lorsqu’il danse, le mouvement traverse son corps tel une onde. Du bout des doigts jusqu’aux orteils, mouvement qu’il décharge parfois d’une secousse comme pour l’extraire de son corps. Saburo Teshigawara, né en 1953, est souple et mince comme un roseau, dansant comme une algue au fil de l’eau. Il possède l’élégance bondissante de Fred Astaire et la démarche lunaire de Mickael Jackson, une manière originelle dans la désarticulation, et une vélocité extrême sur place. Lire la suite de son portrait

Présentation de la soirée par la Philharmonie

Avec Rihoko Sato, le danseur et chorégraphe Saburo Teshigawara saisit l’essence de l’École de Vienne (les compositeurs Alban Berg et Arnold Schönberg) pour créer un spectacle multidisciplinaire, en collaboration avec les solistes de l’Ensemble intercontemporain.

Les chorégraphies de Teshigawara forment un accord parfait avec le répertoire du XXe siècle. En 2017, il avait présenté Flexible Silence, sur des pièces de Toru Takemitsu interprétées par l’Ensemble intercontemporain. Teshigawara utilise cette fois-ci comme matériau le Pierrot Lunaire de Schönberg, une œuvre de 1912 qui a marqué son époque. Le chorégraphe japonais a façonné ce spectacle avec la danseuse Rihoko Sato, membre de sa compagnie KARAS depuis 1996, et dont l’interprétation d’une de ses pièces, She, a fait forte impression au Japon. L’autre pièce de la soirée est la Suite lyrique d’Alban Berg, inspirée par ses sentiments à l’égard de Hanna Fuchs, le compositeur insérant secrètement dans la partition des éléments symboliques de leur amour.

Avec Salomé Haller, soprano

Autres événements de Teshigawara à la Philharmonie

1er octobre 2019, 19h, salle de conférence de la Philharmonie : rencontre avec Saburo Teshigawara et Rihoko Sato.

4 octobre 2019, 20h30, Grande salle Pierre Boulez : la Philharmonie a programmé une première soirée romantique, avec la Symphonie fantastique de Berlioz, avec Teshigawara, Rihoko Sato et l’Orchestre National de Lyon en début de saison. J’ai choisi le 2d programme en mai 2020 car je préfère l’intimité de la salle des concerts de la Cité de la musique pour voir Teshigawara et Sato danser. Aussi, je connais mal Schönberg et Berg, plus contemporains que Berlioz et Ravel du premier programme. C’est une belle occasion de les écouter. La danse facilite pour moi l’écoute musicale.

Portrait de SaburoTeshigawara © Laurent Paillier pour DanseAujourdhui