Tao Dance Theater – 8 & 9

Tao Dance Theater – 8 & 9
  • tao dance theater-by-Fan-Xi

26.00€ 15.00€

jeudi 6 juin 2019, 20H

Grande Halle de La Villette

N.B. Je serai absente ce soir-là pour raison familiale

pour une autre date, 3-8 juin, demande par email

Produit épuisé

Partager

Avis

Dans la danse contemporaine chinoise, j’ai une affection particulière pour cette compagnie, le Tao Dance Theater, découverte aux Abbesses et au Théâtre de la Ville. Le teaser ci-dessous est représentatif du talent des danseurs.

Présentation du Tao Dance Theater par La Villette

Compagnie Pékinoise, de renommée internationale, le Tao Dance Theater nous livre deux spectacles, 8 & 9, chefs-d’œuvre d’une précision d’orfèvre visuellement fascinants. Son fondateur Tao Yé, maître de la danse minimale, créé des spectacles hypnotiques, intenses et libérés de toute émotion. → avec le Théâtre de la Ville

LE SPECTACLE
Créé il y a dix ans à Pékin par les tout jeunes Tao Ye et Duan Ni, le Tao Dance Theater a acquis depuis une renommée internationale. La compagnie vient présenter à La Villette 8 et 9, avant-dernier et dernier maillons de la Série numérique, initiée avec le duo 2 en 2011 et poursuivi depuis avec 7 pièces, dont le titre indique à chaque fois le nombre d’interprètes.
Exclusivement concentré sur le corps, Tao Ye crée des spectacles hypnotiques qui en explorent rigoureusement les possibilités techniques et se construisent sur la répétition, dans une forme pure, nette et minimale, libérée de l’émotionnel. Dans 8, les danseurs allongés au sol voient leurs mouvements contraints ; les motifs se dessinent par l’activation de leurs torses et de leurs colonnes vertébrales. Quant à 9, à la fois pièce nouvelle et conclusion de la série, elle assemble ou au contraire s’affranchit de l’ordre progressif des pièces précédentes. L’on assiste alors à un apparent chaos, dont on ne sait s’il est origine ou dénouement. Deux spectacles chefs d’oeuvre, d’une précision d’orfèvre, visuellement fascinants.

 

Revenir à la fiche spectacle

Crédits photo © Fan Xi