Martin Zimmermann – Eins Zwei Drei

Martin Zimmermann – Eins Zwei Drei
  • zimmermann © augustin rebetez

25.00€ 17.00€

CIRQUE SURRÉALISTE

vendredi 22 février, 20h30 (durée 1h30)

Centquatre, Paris 18è

1 en stock

Partager

Avis

Cirque déjanté, surréaliste, une nouvelle pièce à découvrir. J’avais vu une précédente pièce au Théâtre de la ville : les interprètes circulaient au sein d’un cube. J’en garde un souvenir magique et mystérieux.

Présentation par Martin Zimmermann :
Pour ce spectacle, j’articule à travers trois personnages des enjeux forts tels que l’autorité, la soumission et la liberté, qu’elle soit celle de l’enfance ou celle de la folie. J’inscris ce trio et ses tensions dans un monde aseptisé, soumis à des conventions strictes et des codes sociétaux précis. Le musée est une institution publique que chacun connaît, mais c’est également la quintessence de l’élégance, du bon goût, de l’ordre et de la mémoire collective qu’une société se créée. C’est un endroit qui fourmille de règles et d’interdits, avec son propre système de valeurs qui détermine ce qui est accepté de ce qui ne l’est pas. Les choses y sont ordonnées précisément, au-delà parfois de la volonté des artistes eux-mêmes.
A mes yeux, les visiteurs d’un musée sont tout autant des œuvres que celles qu’ils viennent y observer. Dans mon travail, les corps ont une qualité matérielle et les objets une dimension humaine. J’aime la collision des deux et les multiples possibles dramatiques que cette rencontre génère.
Depuis longtemps, je suis intéressé par la compréhension et la mise en scène de la figure du clown dans le théâtre contemporain. Un clown n’est pas un acteur, n’a pas de genre ; il est là entièrement, à l’intérieur comme à l’extérieur. Sa figure tourne toujours autour de la question de l’existence.
Pour les trois personnages de Eins Zwei Drei, la question centrale qui se pose est « Comment vont-ils survivre ? ». Cette triangulation esquisse toute la poésie, la violence et la complexité des relations humaines et de ses luttes de pouvoir. Avec ce musée qui les abrite et les révèle, je cherche à jouer de ces différentes composantes pour faire résonner dans un esprit comique le potentiel monstrueux de ces situations.

Crédits photo : Augustin Rebetez