Dada Masilo – Gisèle

Dada Masilo – Gisèle
  • DadaMasilo_Giselle2017_0126Photo-Credit-Stella-Olivier-recommandation

26.00€ 20.00€

mercredi 19 décembre 2018, 20h (1h10)

Grande Halle de La Villette

Produit épuisé

Partager

Avis

Recommandation DanseAujourdhui

Nous sommes nombreux à avoir été époustouflés par le Lac des Cygnes de Dada Masilo, qui au Quai Branly ou au Théâtre du Rond-Point avec DanseAujourdhui il y’a 5 ans. Et on s’en souvient ! Un ballet d’Africains du Sud en tutus blancs, que des hommes, superbes, virils à souhait, l’opposé du Lac des Cygnes de Rudolf Noureev à l’Opéra de Paris. Dada Masilo avait fait le choix des extrêmes pour parler d’amour et de sexe, une manière bien sûr de parler d’homosexualité alors que celle-ci est encore réprimée et condamnée par la société, les religions, les lois, dans de nombreux pays aujourd’hui.
Rien à voir avec les ballets de Alvin Ailey non plus ! Dada Masilo a été formée à la danse classique et à la danse contemporaine. Sa chorégraphie reste attachée aux codes du classique tout en étant renouvelée. La culture Sud-Africaine de Dada Masilo imprègne sa gestuelle plus sûrement que la danse contemporaine.

Présentation du Gisèle de Dada Masilo par La Villette

Depuis 2008 et son Roméo et Juliette, la chorégraphe sud-africaine Dada Masilo est passée maîtresse dans l’art de réinterpréter les grands classiques. Sa version de Giselle, avec percussions africaines, en fait un ballet féministe, virevoltant et vitaminé !

Giselle. Pièce emblématique du ballet classique, immanquablement répertoriée à l’endroit des chefs-d’oeuvre, à l’instar du Lac des cygnes, de Roméo et Juliette ou de Carmen, dont Dada Masilo a déjà fait d’éclatantes réinterprétations.
Si l’on connaît le titre, on ignore parfois l’histoire : la jeune Giselle meurt ; elle a été trahie par un homme et ne peut reposer en paix. Elle se transforme en wili, fantôme féminin condamné à sortir de la tombe et à danser toutes les nuits.

Du ballet original, Dada Masilo conserve cette trame, qu’elle aborde sous l’angle féministe et dont elle révèle certaines lignes de force : le deuil, le chagrin, la colère, la vengeance. La musique, entièrement réécrite par le compositeur sud-africain Philip Miller, s’inspire de la partition initiale d’Adolphe Adam, mais ajoute à la harpe classique,
au violoncelle et au violon des percussions africaines, et de la voix. Le Giselle de Dada Masilo n’est pas un ballet romantique. C’est une pièce de groupe virevoltante et contemporaine, précise et volontaire, envoûtante et impérieuse.

Image © Stella Olivier