David François Moreau, compositeur pour la danse

david-françois-moreau-par osmany tavares2

David François Moreau voit la musique sur scène comme un choeur antique

La musique est l’intermédiaire entre les spectateurs et la pièce. La danse est intimement liée à la musique : « la danse est le lieu de la création absolu » offrant la plus grande liberté à son travail de compositeur, plus que toute autres discipline artistique.

Bien que David soit reconnu pour ses compositions musicales pour le cinéma, le théâtre ou la chanson (la soprano Patricia Petibon, dernier album de Cali, Patrick Bruel etc.), son travail pour la danse le passionne au point de vouloir développer à l’avenir les collaborations. Il reconnaît aux chorégraphes une connaissance intime de la musique et une grande ouverture vers cet art. D’après David, musiciens et chorégraphes partagent la connaissance de la sensation. La relation musique-danse est une évidence, son propre langage.  De là, il lui paraît très facile de travailler ensemble.

Créations de David François Moreau pour Thomas Lebrun

Comment David François Moreau est arrivé à composer la musique du 3ème acte de Lied Ballet chorégraphié par Thomas Lebrun ? A l’origine, c’est la soprano Patricia Petitbon qui fait se rencontrer David et Raphaël Cottin. Raphaël est chorégraphe et David compose la musique pour trois de ses pièces et d’une nouvelle à venir*. Raphaël Cottin est également un danseur fidèle pour Thomas Lebrun. De fil en aiguille, commence la collaboration avec Thomas, avec des modalités différentes à chaque création.

De quelques intentions données par Thomas à David (durée, rapidité, l’instant du climax), David compose dans son coin avec une totale liberté la musique d' »Eclats de simulacre ». Les danseurs créent la pièce également de leur côté. Quand musique et danse se rejoignent, c’est la fusion totale. Pour Fulgurances, Thomas a chorégraphié sur la musique créée au préalable.

Dans Lied Ballet, le premier acte nous fait découvrir Chukrum, une pièce pour  orchestre à cordes de Scelsi (compositeur italien 1905-1988). Le deuxième acte convie sur scène le ténor Benjamin Alunni accompagné par le pianiste Thomas Besnard pour interpréter des  lieder de Berg, Mahler et Schönberg. Enfin, le troisième acte est la création musicale de David François Moreau. Celui-ci a fait chanter Benjamin Alunni les lieder a capella en studio :  « Um mitternacht » de Mahler et « Ferne lieder » de Berg. Il a mixé, stylisé comme un écho entêtant, créer un rythme de transe, ajouté une dizaine de contrebasses, trombones électriques. Puis, en présence de Thomas Lebrun, il a travaillé le son dans le sens de l’épuration et d’une hyperstylisation. L’intention du chorégraphe est de provoquer un ressenti au premier degré de la musique. Les gradins vont trembler, Chaillot va entrer en résonance. Thomas Lebrun, une personne très douce, peut nous faire côtoyer une certaine forme de violence par sa recherche d’une hyperexpressivité. Malgré un titre rassurant, Lied Ballet exploite une large palette de différents états de corps. L’acte un est une pantomime de masques violents quand l’acte deux met en scène des duos de tendresse « énorme », où chaque corps est une voix. L’acte trois risque de nous surprendre.

Pour voir le teaser-video et en savoir plus sur les dates de représentationhttps://www.danseaujourdhui.fr/recommandations/avr15/thomas-lebrun-lied-ballet/

Créé pour le festival d’Avignon 2014, Lied Ballet a reçu un excellent accueil de toutes parts (lire sur le blog ma revue des critiques).  David a ressenti une grande fierté à l’accueil du public. Chaillot est la deuxième étape. L’accueil de la pièce au Théâtre national de Chaillot, à Paris, est doublement mythique. La perception du spectateur sera très différente qu’au Cloître des Carmes en Avignon. Si le travail du compositeur est solitaire, David  va guetter nos réactions et nos émotions mercredi 1er avril 2015.

DanseAujourdhui vous invite à rencontrer David François Moreau à l’issue de la représentation au bar de Chaillot

Ecrivez-moi un email à catherine@danseaujourdhui.fr pour vous joindre à notre groupe

David François Moreau, compositeur autodidacte

David François Moreau, né en 1972, compose depuis l’âge de 10 ans. La composition musicale est dès l’origine un jeu d’enfants pour David. Son père est mélomane et l’emmène au concert. La Sacre du Printemps de Stravinsky est un souvenir d’enfance primordial. C’est un premier lien, invisible alors, avec la danse. David est un musicien autodidacte.

Très jeune, la vingtaine, il croise la route de Luc Bondy, qui va lui enseigner l’art de la dramaturgie le temps d’une création. Cette transmission généreuse fait éclore la conscience artistique de David. De là, sa conception de la musique comme un choeur antique.

Pour découvrir la biographie complète et ses créations, je vous engage à consulter le site de David François Moreau et à suivre son actualité sur la page Facebook de David.

Catherine Zavodska

Entretien le 21 mars 2015

Crédits photo : Osmany Tavares. Instagram de Osmanyy

*David François Moreau vient de recevoir une nouvelle création chorégraphique de Raphaël Cottin « les 7 premiers jours », très inspirante, qui sera une mise en abîme de la danse selon les mots de David. Cette pièce sera présentée les 7, 8, 10 décembre 2015 au Centre chorégraphique national et à l’Université François Rabelais de Tours.

« La danse d’aujourd’hui n’est pas née de la dernière pluie. Celle de demain le sait déjà. »  Thomas Lebrun, mai 2014, à propos de Lied Ballet

Tournée de Lied Ballet en France :

21 et 22 avril 2015 – Le Pavillon Noir, Aix-en-Provence
5 mai 2015 – La Rampe, scène conventionnée, Échirolles
27 mai 2015 – Scène nationale d’Orléans

1 Commentaire

  1. Fabrice 2 avril 2015

    Merci pour cet échange à Chaillot.
    Rencontrer ceux qui ont fait le spectacle, danseur, chorégraphes ou ce soir le compositeur est tellement nourrissant.
    J’aime aussi toujours entendre ce qui a enthousiasmé les autres spectateurs et à chaque fois je pense que le spectacle vivant tient tellement à ce que chacun amène : ce soir en l’occurrence, la rigueur du chorégraphe, l’univers du compositeur, et mon état d’âme. Le plaisir des autres spectateurs est lui aussi nourrissant et enrichissant, il me fait parfois découvrir et apprécier des spectacles à côté desquels je serais sinon passé à côté. Merci amis co-spectateurs !

    Et ce soir, échanger avec le compositeur fournit un autre angle de lecture et de plaisir, surtout lorsqu’il parle avec passion et simplicité de son travail, merci David Moreau !

Répondre