Jan Fabre

Jan Fabre© Stephen Mattues

Fin des années soixante-dix, le jeune Jan Fabre défraie la chronique avec ses Money performances où il brûle des liasses de billets que le public lui prête en bonne foi pour créer des dessins avec les cendres ainsi obtenues. En 1982, il pose avec C’est du théâtre comme c’était à espérer et à prévoir une bombe à fragmentation qui ébranle les fondations du théâtre de l’époque.

Deux ans plus tard, il est invité à participer à la Biennale de Venise où il persiste et signe avecLe Pouvoir des folies théâtrales. Ces deux oeuvres entrent dans les annales du théâtre contemporain et font le tour du monde. Depuis, Fabre s’est taillé une place parmi les artistes les plus multidisciplinaires de la scène artistique internationale. Il rompt avec les canons du théâtre classique en y introduisant des « real time performances » – qu’il qualifie parfois d’installations vivantes – et explore les possibilités chorégraphiques radicales pour revisiter la danse traditionnelle.

Le corps sous toutes ses formes est au centre de sa démarche depuis le début des années quatre-vingt. Ses productions (e.a. Je suis Sang, Ange de la Mort, Quando l’uomo principale,Orgy of tolerance…) ont eu un accueil très favorable à l’échelle internationale. Il est clair que l’invitation à participer comme artiste associé à l’édition 2005 du Festival d’Avignon peut être vue comme une consécration (toute provisoire) de sa carrière théâtrale.

Jan Fabre (né à Anvers, en 1958) est connu, tant en Belgique qu’à l’étranger, pour être l’un des artistes les plus d’avant-garde et protéiformes de sa génération. Depuis 30 ans, il se distingue en tant qu’artiste de performance, forgeron de théâtre et d’opéras, chorégraphe, auteur et artiste plasticien. Quel que soit le genre qu’il aborde, il en déplace systématiquement les frontières.
Source : site de la compagnie

Agenda

Evénements passés