Anne Teresa De Keersmaeker – Partita 2

diapo_haut_partita2
Amandine Beyer

Chorégraphie Anne Teresa De Keersmaeker

Musique Partita No. 2, Johann Sebastian Bach
Violon Amandine Beyer
Scénographie Michel François
Costumes Anne-Catherine Kunz
Production Rosas (http://www.rosas.be/fr/rosas)

Le noir se fait dans la cour d’honneur.
Dans la nuit, les murs du palais s’imposent comme des personnages que l’on devine mais qui restent silencieux. Dans un petit faisceau de lumière vite disparu, monte sur scène la violoniste. La musique de la Partita de Bach démarre dans le noir. La violoniste Amandine Beyerjouera toute la Partita No. 2 de Bach dans le noir.
A l’inverse des murs du palais, les spectateurs de la cour s’agitent sur leurs sièges.
Puis, sous une lumière qui rappelle la naissance du jour, entrent en scène les deux danseurs qui interprètent à leur tour la musique, sans le violon, dans le silence. Nous comprenons aussitôt qu’ils interprètent la partita qui vient d’être jouée au violon. Au plus intime de la musique, Anne Teresa de Keersmaeker nous offre une nouvelle façon de comprendre ce morceau de Bach : Sinfonia, Allemande, Courante, Sarabande, Rondeaux, Capriccio se déroulent dans le silence. Et la danse exprime la musique. Une musique de l’âge des murs qui nous entoure renait avec les gestes de la danse contemporaine.
Partita 2 d'Anne Teresa de Keersmaeker & Boris Charmatz
afp.com/Boris Horvat

Enfin, Anne Teresa de Keersmaeker va chercher Amandine Beyer, pour un trio ou la violoniste et les danseurs partagent musique et danse et interprètent une 3ieme fois la partita de Bach. Un projecteur dessine la course du jour : il tourne lentement comme un soleil autour de la scène, projetant à l’occasion les ombres de danseurs (qui ne sont pas sans rappeler Fase).
Implacable et formidable travail.
Simplicité et complexité se rencontrent dans cette pièce : quelle clarté dans la construction, dans le lien entre la danse et la musique ! Quelle complexité dans l’empilement de sens et les échos ! Et surtout quelle beauté de nous laisser, nous spectateurs évaluer la danse à l’aune de la musique, ou la musique à l’aune de la danse !
Anne Teresa de Keersmaeker & Boris Charmaz
© Elise Fitte-Duval
AtK aime à dire ‘my walking is my dancing’ pour signifier que marcher est un premier acte de danse. Moi spectateur, je voudrais dire ‘Ce que je vois est ce que j’apprécie’. Ce soir, je vois et apprécie une efficacité, une simplicité formidable (terme de 1392 emprunté au latin formīdābilis« formidable, terrible » dérivé de formido« peur, terreur, effroi »). Et comme on dit que l’énergie de la danseuse vient du haut du corps, mon énergie de spectateur vient de ma tête ! Mes yeux apprécie le spectacle, ma tête nourrit le plaisir de voir. Et j’apprécie le vertige du temps qui nous est donné à contempler : musique comme danse scandent le temps, et surtout je pense au temps qui s’est écoulé entre l’écriture de la musique de Bach et ce soir, et les gestes qui ont eu lieu entre ces deux temps.
   Laurent Philippe

 Laurent Philippe, avec un superbe photo-reportage.

Les gestes sont simples, sans affect, comme autant de signes d’une écriture efficace. Si je n’en retiens qu’un parmi tant, c’est peut être celui d’Anne Teresa de Keersmaeker portant Boris Charmatz, c’est simple ! C’est terrible et magnifique, comme la musique de Bach incarne et porte la danse, comme le passé porte l’avenir, la chorégraphe le danseur, la femme l’homme. Il me semble ce soir que toute cette pièce offre une lecture à la fois très simple et très directe, en même temps qu’elle porte en elle toute la complexité de nos gestes. Elle nous fait voir que danse et geste portent une histoire, culturelle et politique et aussi personnelle. 
Amandine Beyer Avignon 2013
photo Laurent Philippe

Avant de sortir, mon esprit divague un instant en pensant à mon fils avec nous dans la cour d’honneur (bonheur et fierté paternelle de partager ce moment forcément rare auquel trop peu de gens pourront accéder). Pre-ado, il est en ce moment fasciné par les mathématiques, alors…3 acteurs – 3 fois la Partita numéro 2 ; duo ou trio ? et puis la nuit, l’aube, le jour, et la combinatoire choisie par la chorégraphe : la nuit et la musique, la danse à l’aube dans le silence, la musique et la danse et le jour. Une certaine mystique mathématique pourrait nous gagner : je ne m’aventure pas à chercher le nombre de Fibonacci ou le nombre d’or, mais ils étaient avec nous ce soir. Je suis sûr que mon fils y aura pensé.

Lorsque que nous quittons le palais des papes par son entrée monumentale, je pense que ce que nous sommes aujourd’hui vient de ce que d’autres ont dansés avant nous. Merci à eux.
Partita 2 Avignon
Photo Anne van Aerschot


1 Commentaire

  1. magnifique écrit: tout le sens de l’oeuvre! mes felicitations!
    j’ai fait une critique (en catalan) à http://escenadelamemoria.blogspot.com.es/2013/07/partita-2-sei-solo.html

Répondre