Anne Teresa De Keersmaeker – Biographie

Anne Teresa De Keersmaeker passe son enfance avec ses deux sœurs à Wemmel où son père était fermier et sa mère professeur. Elle a fait ses études secondaires à Bruxelles où elle commence par faire de la musique (de la flûte traversière dont elle continue toujours la pratique) avant de prendre ses premiers cours de danse, à sa demande, à l’âge de 10 ans. Elle suit ensuite des cours de ballet classique à l’École Lilian Lambert de Bruxelles où elle fait la connaissance de ses futurs partenaires de création artistique Michèle Anne De Mey et son frère le musicien Thierry De Mey. Pendant sa formation de 1978 à 1980 à l’École Mudra (fondée par Maurice Béjart) elle assiste entre autres aux cours du musicien et pédagogue Fernand Schirren qu’elle avait rencontré plus tôt chez Lambert et qui constitue une personne essentielle dans son apprentissage de l’analyse musicale, de la structure, et du rythme. C’est à Mudra qu’elle fait la rencontre de Fumiyo Ikeda qui sera l’une de ses interprètes les plus proches.

Elle part ensuite deux ans aux États-Unis, sur une bourse de la Fondation belge de la vocation, pour étudier à la Tisch School of the Arts de la New York University où elle découvre la danse postmoderne américaine. Durant cette période américaine, elle suit les cours de l’Experimental Theater Wing et du Department of Performance Studies, et est en contact avec de nombreux mouvements artistiques new-yorkais. En autres, la découverte de la musique de phase, dite musique minimaliste, de Steve Reich que lui avait fait découvrir Thierry De Mey, sera décisive dans l’orientation de ses compositions chorégraphiques tout au loin de sa carrière. Ainsi, après avoir obtenu un vif succès avec sa pièce Fase (1982), un duo inspirée des compositions Violin Phase (1967), Piano Phase (1967), Come Out (1966) de Reich, elle crée la Compagnie Rosas en 1983. Fase deviendra une pièce essentielle du répertoire contemporain et toujours dansée ponctuellement par De Keersmaeker 25 ans plus tard. Les pièces Fase et Rosas danst Rosas, datant de l’année suivante, seront fortement soutenues par Hugo De Greef, fondateur du Kaaitheater, qui la fait entrer dans le réseau de financement institutionnel et lui permet de subvenir aux productions de sa jeune compagnie par le Théâtre de la Ville à Paris, le Hebbel Theater de Berlin, le Festival d’Avignon, et la Brooklyn Academy of Music de New York qui co-produisent et programment ses créations.

Avec Fase, elle renoue le lien en partie distendu entre danse et musique depuis les travaux de Merce Cunningham et John Cage et dès lors l’ensemble de son œuvre est intimement liée à une utilisation presque radicale de la musique (qu’elle soit classique, contemporaine, jazz, musique du monde, folk musique) comme support premier de son discours chorégraphique énergique, rigoureux, souvent épuré mais malgré tout très émotionnel. Sa danse se développe ainsi sur des bases de géométries scéniques (cercles, courtes spirales, diagonales impeccables) et sonores extrêmement strictes, et en adéquation permanente. À ce titre, la musique est très souvent jouée en direct lors des représentations notamment par l’Ensemble Ictus avec lequel la compagnie collabore étroitement.

En 1988, sa pièce Ottone Ottone est défendue par Gerard Mortier qui la programme à La Monnaie de Bruxelles. Après ce premier contact avec l’institution bruxelloise et une période de transition due au départ de Maurice Béjart, elle est choisie par le nouveau directeur Bernard Foccroulle comme compagnie résidente au Théâtre de la Monnaie en 1992. En 1995, De Keersmaeker fonde P.A.R.T.S. (Performing Arts Research and Training Studios) en étroite collaboration avec La Monnaie, afin de théoriser et transmettre son langage chorégraphique. Elle justifie cette démarche également par la volonté de combler le vide laissé par le départ de Béjart pour Lausanne. Pour cet enseignement, elle obtient la participation de Fernand Schirren, comme professeur de rythme. Après des créations incorporant dans ses spectacles des aspects plus théâtraux, comme Just Before (1997) qu’elle écrit en collaboration avec sa sœur Jolente De Keersmaeker, ou des vidéos comme Erwartung (1995), Anne Teresa De Keersmaeker fait un retour à la danse pure avec la pièce Drumming (1998) et une chorégraphie essentielle de son œuvre Rain (2001), une nouvelle fois sur les compositions de Steve Reich, Music for 18 Musicians (1976). Suivront des créations plus intimistes où Anne Teresa De Keersmaeker est seule sur scène comme pour Once (2002) sur la musique de Joan Baez, ou accompagnée de quelques danseurs comme pour Desh et Raga for the Rainy Season (2005) utilisant la musique traditionnelle indienne et le chef-d’œuvre de John Coltrane, A Love Supreme.

En 2002, Thierry De Mey réalise, pour les vingt ans de la compagnie, une version cinématographique de Fase. En 2004, De Mey récidive avec la réalisation d’un film original sur les dix pièces composant l’ensemble Counter Phrases. En 2004, elle met en scène l’opéra Hanjo du japonais Toshio Hosokawa, au Festival d’Aix-en-Provence et déclare : « Il y a dans cette musique, un rapport de connivence aussi étroit entre le son et le silence qu’il y en a, pour moi, entre le mouvement et l’immobilité. J’y vois aussi une très grande économie de moyens, un désir d’austérité, de lenteur ». Ce désir d’austérité et une sècheresse apparente qui cherchent cependant « à faire jaillir la vie » sont depuis le début des années 1980 les marques d’identités d’Anne Teresa De Keersmaeker. En 2008, suite au départ de nombreuses danseuses de la compagnie et au recrutement d’une nouvelle génération de jeunes danseurs conjugué à une absence d’inspiration musicale, elle réalise un « virage » dans son processus de création en écrivant une pièce, The Song, bâtie autour du silence et de quelques bruitages dont la structure repose autour de l’espace scénique, des lumières et du seul mouvement des corps. En 2010, elle crée le spectacle En atendant pour le Festival d’Avignon.

Sur le plan personnel Anne Teresa De Keersmaeker est la mère de deux enfants.

Source Wikipedia

0 Commentaires

Répondre